Assassinat de Samuel Paty : colère, solidarités, refus des amalgames

Partager

Après l’horrible assassinat, commis par un djihadiste fanatique, de Samuel Paty, enseignant dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine, la solidarité avec sa famille, ses amiEs, ses élèves et ses collègues, et plus largement à l’ensemble des personnels de l’éducation doit être totale. Le NPA49 soutient pleinement l’appel à rassemblement dimanche 18 octobre à 15h, place du ralliement à Angers, lancé par la FSU 49 et l’intersyndicale éducation 49, en hommage à Samuel Paty et en défense d’une école de la raison critique, de l’expression libre et de l’émancipation de la jeunesse.

Communiqué du NPA :

Après le drame de Conflans-Sainte-Honorine : colère, solidarités, refus des amalgames

Le NPA a reçu avec effroi la nouvelle de l’assassinat par décapitation d’un enseignant de collège à Conflans-Sainte-Honorine, ce vendredi 16 octobre. Toutes nos pensées vont à sa famille, ses amiEs, ses élèves et ses collègues, et plus largement à l’ensemble des personnels de l’éducation, évidemment ébranlés par ce crime atroce.

Le NPA condamne cet acte ignoble. Quelles que soient les conclusions de l’enquête, rien ne peut justifier un tel assassinat. Nous rappelons notre attachement indéfectible à la liberté d’expression et à la liberté pédagogique des enseignantEs.

Depuis le drame, Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer jouent la surenchère, multipliant les déclarations d’amour aux enseignantEs, pour lesquels ils n’ont que mépris le reste du temps, et vantant le rôle essentiel de l’école, qu’ils n’ont cessé de détruire ces dernières années.

Difficile, en outre, de ne pas s’indigner de l’hypocrisie d’un Blanquer défendant la liberté d’expression des enseignantEs lorsque l’on sait à quel point la chasse aux récalcitrants est organisée dans l’Éducation nationale, à l’image des quatre enseignantEs de Melle sanctionnés pour s’être mobilisés contre la réforme du bac.

Le gouvernement participe, de surcroît, à la surenchère islamophobe, établissant un lien entre la tragédie de Conflans-Sainte-Honorine et son projet de loi sur le « séparatisme », dont la logique est de renforcer encore un peu plus l’amalgame entre musulmanEs, intégristes et terroristes.

Loin d’aller à l’encontre du déchaînement de haine islamophobe auquel nous assistons depuis hier soir, le pouvoir y contribue, renforçant les fractures sur lesquelles prospèrent les fauteurs de haine, les idéologies mortifères et les fanatismes religieux, ennemis des travailleurEs et des peuples.

Notre solidarité est totale avec les proches, les amiEs et les collègues de Samuel Paty, et plus généralement avec l’ensemble du corps enseignant, éprouvé par cet assassinat. Le NPA se joindra aux initiatives permettant d’exprimer deuil, colère et solidarités suite à ce drame, tout en refusant toute logique d’union nationale avec les faux-amis des enseignantEs et les tenants d’une fuite en avant répressive et d’une stigmatisation accrue des musulmanEs.

Montreuil, le 17 octobre 2020

17 octobre, par NPA 49