Angers : attaque nazie contre le local de L’Etincelle

Partager

Les nazis angevins ont une nouvelle fois frappé à Angers. Ils ont cambriolé le local municipal mis à la disposition de l’association L’Étincelle, près du Chabada, volé du matériel, fait un autodafé des livres, affiches et auto-collants qui y étaient entreposés et aspergé les murs de peinture rouge. Ils viennent de revendiquer leurs exactions sur la messagerie cryptée Telegram, en cachant leurs visages par des têtes de mort SS. Les traits terroristes de l’extrême-droite angevine ne cessent ainsi de se dessiner, sans que L’État français et la municipalité ne réagissent à la hauteur du danger.

Il semble que l’attaque se soit déroulée, au plus tôt, dans la nuit du 8 au 9 janvier. Le local de L’Étincelle est situé sur le site des anciens abattoirs à l’écart des habitations, non loin de la salle de spectacles Le Chabada. En ce début d’année, il est resté inactif, ce qui explique sans doute que l’attaque n’ait été découverte que le lundi 11 janvier par les adhérent.e.s de L’Étincelle. Une plainte a été immédiatement déposée mais L’Étincelle a fait le choix de ne pas communiquer sur cette attaque avant que ses auteurs ne l’ait revendiquée. C’est ce que le groupuscule “Angers nationaliste” vient de faire sur la messagerie cryptée Telegram. Deux Articles du 20/01/2021 sur le site de Ouest-France (un premier à chaud et un second plus détaillé) sont consacrés à cette attaque. Le tweet ci-dessous reproduit la “revendication” des nazis angevins :

Le contenu de la revendication ne laisse aucun doute sur l’idéologie nazie de ses auteurs, leur probable identité (d’identitaires) et sur le danger terroriste qu’ils représentent : autodafé des livres comme les nazis allemands en 1933 (avant de brûler les gens), têtes de mort SS et peinture rouge (le sang) sur les murs sont autant de menaces de mort. [1] Il est pourtant à craindre que la presse bourgeoise et les politiciens professionnels de l’extrême-centre reprennent leur antienne habituelle sur la (fausse) “symétrie” extrême-gauche et extrême-droite. Faudra-t-il attendre une nouvelle prise du Capitole pour en finir avec ces amalgames odieux qui ouvrent la voie au fascisme ? Du côté de la classe travailleuse en tout cas, il est urgent de développer une riposte unitaire et surtout une alternative politique au capitalisme ordolibéral. Car le terreau sur lequel prospèrent l’extrême droite et ses groupuscules criminels est bien celui-ci. C’est le fruit toxique des conséquences sociales et écologiques désastreuses du capitalisme et de l’absence actuelle d’alternative écosocialiste au capitalisme.

__________________________

AJOUT DU 21/01/2021 Nous ne pouvons indiquer un lien vers un article du Courrier de l’Ouest consacré à l’attaque puisque rien n’est paru à ce propos dans l’édition du jour... En revanche, nous reproduisons ci-dessous le communiqué des camarades de l’Étincelle, que nous assurons de notre plus entier soutien.

L’extrême droite montre (une nouvelle fois) son vrai visage

Une fois encore notre local l’Étincelle a été victime d’une agression lâche de la part de l’extrême droite. Dans le week-end du 8 au 11 janvier une intrusion a eu lieu dans notre local. Des fenêtres ont été cassées et du matériel a été volé et dégradé. Cette « action » a été revendiquée sur le groupe Ouest casual un « média » fasciste viriliste, masculiniste, ultra violent très prisé par l’extrême droite radicale en France et en Europe.

Les symboles sont forts. Des livres ont été brûlés en autodafé. Vous lisez bien, ces dignes descendants du nazisme ont brûlé des livres dans notre jardin. Et la présence sur leur photo du tristement célèbre crâne de la Waffen-SS et d’un salut nazi ne fait que renforcer cette filiation assumée. Inutile de dire à quel point cette action nous donne la gerbe et renforce notre envie de nous battre ici et maintenant contre cette extrême droite nauséabonde que beaucoup ont jeté bien trop rapidement dans les poubelles de l’Histoire.

Cette action s’inscrit plus globalement dans un contexte angevin délétère où l’extrême droite prend de plus en plus confiance. Depuis plusieurs années on ne compte plus les agressions, les dégradations, les menaces en direction de tous les lieux et toutes les personnes qui ont le malheur de ne pas avoir la bonne couleur peau, pas les bonnes idées politiques, pas la bonne orientation sexuelle. Nous nous étonnons d’ailleurs de la complaisance de la justice à leur égard. Il y a quelques jours encore deux militants de l’Alvarium étaient relaxés pour des faits de violence (pourtant filmés par des passants). Quand le local d’extrême droite l’Alvarium revendique la création d’une salle de sport dans le centre-ville d’Angers nous ne pouvons qu’être encore plus inquiet·es pour la suite. Inquiet·es mais aussi déterminé·es à leur barrer le passage par tous les moyens à notre disposition. Et si nous avions un doute sur son positionnement politique plus que complaisant, la mairie, pourtant propriétaire du local, ne semble pas vouloir bouger le petit doigt face à de tels actes.

Aujourd’hui même nous apprenons que les autorités locales ont décidé d’expulser la réquisition de la Grande Ourse. Ces gouvernants sont plus prompts à des personnes à la rue en plein hiver que de prendre position contre l’extrême droite. On a les combats qu’on mérite. Soutien total et indéfectible à la Grande Ourse.

Plus que jamais à l’Étincelle comme ailleurs, nous ne baisserons pas la garde. Il est grand temps que nous prenions conscience du danger que représente cette extrême droite dans notre ville. Il est grand temps de s’occuper de l’extrême droite avant qu’elle s’occupe définitivement de nous.

La solidarité est notre arme.

__________________________

Autre version de la revendication des nazis...

__________________________

AJOUT DU 23/01/2021 Le 22 janvier, Le Courrier de l’Ouest a finalement consacré un bref article à l’attaque contre L’Étincelle. Assez mal écrit et surtout consacré à la réaction des partis de l’opposition municipale, il ne met guère en exergue les références clairement nazies des auteurs de l’attaque. De son côté, la municipalité (regroupant la droite alliée à l’extrême-droite de “Sens commun” et quelques “centristes”, dont une transfuge EELV) a brièvement communiqué par tweet, condamnant assez mollement l’attaque. Le nouveau communiqué de L’Étincelle ci-dessous souligne les ambiguïtés - c’est un euphémisme ! - de l’équipe municipale et de la préfecture...

Coup de pression municipal : un drôle de timing

Alors que notre local a été la victime d’une attaque de la part de néonazis, alors que la Grande Ourse a été expulsée et ses habitant·es jeté·es à la rue, la mairie d’Angers continue de mettre la pression sur celles et ceux qui s’opposent à l’extrême droite. Hier vendredi 22 janvier, en fin de matinée, la police municipale a été envoyée à l’Étincelle pour des raisons soi-disant administratives. En réalité l’objet de cette visite imposante (comme en témoignent la photo montrant le nombre de policiers municipaux et nationaux mobilisés) n’était autre que de mettre la pression sur les militant·es de l’Étincelle, solidaires de la Grande Ourse. Oui nous prêtons une partie de notre local à nos camarades de la Grande Ourse pour y entreposer une partie des affaires qu’ils et elles ont du déménager en catastrophe jeudi matin.

Par ailleurs, l’attitude de la mairie et des pouvoirs publics, préfecture en tête, dans le cadre de l’attaque que nous avons subie nous interroge. Nous avons le sentiment que tout n’est pas mis en œuvre pour retrouver les auteurs de cette attaque, alors que nous avons apporté un certain nombre d’éléments concrets aux enquêteurs.

Pire, la réaction de la mairie qui, dans un tweet laconique, semble nous renvoyer dos à dos avec les néonazis et ne condamne que du bout des lèvres en usant le qualificatif de « cambriolage » ce qui est en réalité une attaque politique contre notre lieu, nous révolte.

Nous sommes aujourd’hui plus que jamais en droit de s’interroger sur ce que que font la mairie, la préfecture et la justice contre la montée en puissance de l’extrême droite radicale dans notre ville. Le silence complaisant des institutions est assourdissant. Il est grand temps que tout cela cesse.

Afin de préparer la riposte notez déjà dans votre agenda que l’Étincelle les collectifs et associations qui la composent, ainsi que de nombreuses autres structures lancent un appel à rassemblement samedi 30 janvier prochain. Le lieu et l’heure vous seront communiqués ultérieurement.

__________________________

AJOUT DU 24/01/2021

Sur le site collaboratif d’informations locales Basse-Chaine.info, on peut lire l’article « La police traque la solidarité, pas les nazis » selon lequel, outre quelques détails supplémentaires sur la très curieuse (et illégale) intrusion de la police à L’Étincelle le 21 janvier (signalée dans le communiqué ci-dessus), la police n’aurait pas encore eu l’idée (ou l’envie) de visionner les caméras de vidéosurveillance du Chabada (situé à côte du local) pour rechercher les auteurs de l’attaque nazie...

20 janvier, par NPA 49

[1] Rappelons que la SS a été classée internationalement comme “organisation criminelle” à la suite du procès de Nuremberg.