Béchu, le maire de paille et la “der-des-der”...

Partager

Le ministre de la destruction écologique, Christophe Béchu, vient encore de frapper. Main dans la main avec son collègue à l’agriculture (c’est-à-dire, avec la FNSEA), il prolonge à nouveau d’un an la dérogation permettant à l’agro-industrie capitaliste d’utiliser des néonicotinoïdes. Et pour justifier cette permissivité écocide, Béchu fait une promesse de Béchu : “Quoiqu’il arrive”, l’année 2023 sera “la dernière” (France Info, le 6/01/2023). Il y a peu de chances que cette “der-des-der” convainque les activistes qui viennent d’asperger son ministère de peinture orange... Non plus que les associations environnementales. Le bilan de celui qui partage son temps entre un ministère fantôme et une campagne électorale permanente à Angers ne cesse de s’alourdir.

“Dérogation” est un maître-mot de tout néolibéral qui veut s’affranchir des lois censées défendre (timidement) le bien commun pour privilégier les profits des grands groupes capitalistes ou s’assurer du soutien des lobbys réactionnaires. On se souvient à cet égard (voir ICI) de la dérogation accordée par le même Béchu à certains groupes de chasseurs en violation du droit européen (dérogation heureusement cassée par le Conseil d’État ; voir ICI) ou de son vote au Sénat en 2016 pour refuser l’interdiction totale des néonicotinoïdes.

Quant à la “transition écologique” dont Béchu est théoriquement en charge, elle consiste essentiellement à relancer une technologie vieillotte, catastrophiquement dangereuse, génératrice de déchets polluants ingérables, potentiellement destructrice à long terme de l’environnement : le nucléaire. Ce n’est donc pas tout-à-fait un hasard si le ministre était à Angers ce 4 janvier pour la cérémonie des vœux de l’ADEME en compagnie de son nouveau président, Boris Ravignon, par ailleurs maire LR de Charleville-Mézières. Si Béchu a annoncé le doublement du budget de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (de 2 à 4.2 milliards d’euros), on peut craindre que, sous la direction de Ravignon, décrit comme un “ardent défenseur du nucléaire” (CO, le 05/01/2023), ces nouveaux moyens ne soient destinés à cette technologie mortifère au lieu de l’être à l’isolation des habitations ou au développement des énergies renouvelables.

Il est vrai que Béchu ne pouvait manquer une nouvelle occasion d’apparaître dans la ville dont il était encore le maire officiel il y a peu. Deux jours avant, il était également à la cérémonie des vœux de la municipalité, devant un public avec cartons d’invitation, aux côtés de son maire de paille, Jean-Marc Verchère. [1] Les deux comparses ont pu vanter leurs rares, trop timides et parfois contestables mesures “écologiques” (compatibles avec le capitalisme vert) prises par la ville. [2] Mais ils continuent à en exclure des transports en commun gratuits, une interdiction des publicités lumineuses ou une réduction du nombre de panneaux publicitaires (comme à Nantes). Ils persistent à soutenir les promoteurs immobiliers et la construction de logements de luxe, l’édification d’un parking-Silo à l’ombre du château et l’extension de la zone industrielle de l’Océane aux dépens de zones agricoles et forestières. Rien de bien écolo là-dedans comme l’ont rappelé quelques opposant·e·s au parking-Silo lors de la cérémonie, rapidement évacué·e·s par la police municipale et les vigiles... Pour évoquer cet incident, Béchu a osé dire que “On doit faire avec les habitants. Et pas seulement avec ceux qui parlent le plus fort” (CO, le 03/01/2023). Chiche ! Que les affairistes qui parlent le plus fort à la mairie d’Angers laissent la parole aux habitant·e·s grâce à une réelle consultation, après un réel débat démocratique !

6 janvier, par NPA 49

[1] Les agents municipaux en lutte pour leurs salaires n’étaient évidemment pas “invités”. Ils ont d’ailleurs été écartés du Centre des congrès où se tenait la cérémonie...

[2] Ainsi l’installation de LED pour l’éclairage public n’est-elle pas accompagnée d’une gestion horaire de l’éclairage nocturne. Or, la pollution lumineuse est nuisible à la biodiversité.