1er mai : Contre Macron et son monde capitaliste, vite une 4e vague sociale !

Partager

Depuis un an, le pouvoir repousse les frontières d’une gestion sanitairement inefficace, politiquement autoritaire et économiquement libérale de l’épidémie de Covid-19. Malgré l’incompétence, la désinvolture, le ridicule et les contradictions, cette gestion se résout dans une politique qui a sa cohérence et qui est tout à fait ravageuse pour la classe travailleuse et la jeunesse. Car même délégitimé et détesté comme jamais, le macronisme reste au service exclusif des ultra-riches !

Le macronisme à l’offensive

Le pouvoir macroniste ne recule devant rien : mensonges, mépris, culpabilisation, provocations... Et plus encore, il surenchérit et profite de la sidération. C’est la stratégie du choc. Le « quoi qu’il en coûte » lancé pour justifier sa politique face aux crises est une réalité. Mais de quel coût parle-t-on ? De quels moyens employés ? Et au profit de qui ? Nous savons bien qui paye déjà, et qui paiera au centuple l’addition de ces crises — écologiques, sanitaires, économiques — mondiales : la grande majorité de la population, le prolétariat notre classe, et en son sein les plus attaquéEs (les précaires, chômeurEs, femmes, personnes racisées, LGBTI...).

Pour prévenir les mobilisations qui ne vont pas manquer d’éclater en réponse à l’ensemble de son œuvre, le pouvoir s’arme aujourd’hui jusqu’aux dents, tente d’unir ceux qui devraient être divisés et de diviser ceux qui devraient être unis. Pour cela, il mène ces derniers mois une incroyable offensive sécuritaire et raciste : multiplication des lois (sécurité globale, « séparatismes »…), campagne d’opinion réactionnaire (« islamogauchisme »)...

N’en doutons pas, cette offensive ira crescendo jusqu’à l’élection présidentielle du printemps 2022, sur fond d’offensive patronale contre le monde du travail (licenciements et suppressions de postes, réforme de l’assurance chômage). Macron veut se poser en barrage vis-à-vis du RN de Marine Le Pen mais toute sa politique la nourrit. En 2022, le président restera le candidat naturel de la bourgeoisie qui a besoin d’une droite extrême fiable, issue des grandes écoles et des débris des vieux partis de gouvernement, organiquement liée à l’État, à la bureaucratie de l’Union européenne et aux grandes entreprises du CAC 40. Marine le Pen veut être, elle, la candidate d’une extrême droite « populaire » et moins policée, plus dangereuse encore car apte à gagner le pouvoir afin de satisfaire cette bourgeoisie résolue à écraser toute contestation et vie démocratiques.

Manifester et lutter pour rompre avec le capitalisme

Pour riposter à ces dangers, nous n’attendrons pas 2022, les luttes doivent converger dès aujourd’hui ! Car en France comme ailleurs dans le monde, même au plus fort des restrictions sanitaires, jamais nos luttes et encore moins nos colères n’ont disparu. Grèves dans les entreprises et les services publics, luttes antiracistes, écologiques, féministes, LGBTI : tous les fronts de luttes sont restés animés. À l’échelle de la planète, au Liban, en Algérie, à Hong-Kong, au Soudan, au Chili… des mouvements de masse se sont déployés.

Après un 1er mai 2020 confiné, ce 1er mai 2021, journée internationale des travailleuses et travailleurs, est une journée de contestation. Toutes et tous, manifestons contre leur monde d’avant : contre la réforme de l’assurance chômage, les lois racistes et liberticides, les violences policières, les licenciements et la destruction des services publics, les impérialismes et la catastrophe climatique. En Maine-et-Loire, il faut que les rassemblements unitaires convoqués à 10h30 place Imbach à Angers, place Bilange à Saumur et place du port à Segré, et à 11h place Travot à Cholet soient des succès pour redonner confiance au monde du travail et à la jeunesse (lire l’appel de l’intersyndicale départementale CGT FSU FO Solidaires UNEF).

Toutes et tous, manifestons pour une autre politique sanitaire face au Covid-19, pour imposer des mesures répondant aux besoins vitaux du monde du travail, pour la solidarité de notre camp social par-delà les frontières, pour notre « monde d’après », écosocialiste, débarrassé de l’exploitation et de toutes les oppressions, où les besoins sociaux seront déterminés de manière démocratique et écologique, en codéveloppement avec la nature.

Contre l’offensive capitaliste, plus que jamais : « On est là » !

28 avril, par NPA 49