L’extrême droite et les forces de répression menacent nos libertés, organisons-nous !

Partager

Un vent réactionnaire souffle un peu partout en Europe, en particulier en France. Qu’un rassemblement de policiers revendiquant un droit de regard de la police sur la justice soit organisé par un syndicat d’extrême droite et entraîne derrière lui, non seulement le Rassemblement national et le ministre de l’intérieur, mais aussi des têtes de file des partis « de gauche » que sont le PC, le PS et EELV, est symptomatique du danger qui menace la société toute entière. Les manifestations appelées le samedi 12 juin contre les idées d’extrême droite et les lois liberticides, à l’appel de dizaines de syndicats, associations, collectifs, médias et organisations politiques seront une première riposte. Organiser et fédérer la lutte pour une autre hégémonie politique est plus que jamais une urgence.

Le 9 mai, une nouvelle lettre ouverte de militaires et notamment d’officiers (d’active et courageusement anonymes, cette fois), menaçait d’une intervention de l’armée dans la vie politique : « La guerre civile couve en France. Si elle éclate, l’armée maintiendra l’ordre, parce qu’on le lui demandera ». Ils se déclarent disponibles pour la répression contre les classes populaires : « Nous avons connu l’opération Sentinelle. Nous y avons vu de nos yeux les banlieues abandonnées, les accommodements avec la délinquance. »

Mercredi 19 mai, ce sont des milliers de policiers qui ont manifesté lors d’un rassemblement « en soutien aux forces de l’ordre », à l’appel en particulier du syndicat Alliance, proche du Rassemblement national de Marine Le Pen.

Des menaces de plus en plus fortes

Alors que les violences policières se sont multipliées dans les quartiers populaires, dans les manifestations ou contre des rassemblements de jeunes, la police a manifesté vers l’Assemblée nationale, ciblant directement le pouvoir législatif et remettant en cause la séparation des pouvoirs (la justice devant selon eux être subordonnée à la police). Les tribunes et manifestations de militaires et policiers sont saluées par l’extrême droite, qui leur demande de la rejoindre, tandis que le pouvoir s’aligne sur leurs exigences.

En temps de crise économique et sanitaire, un pays comme la France est de plus en plus difficile à gouverner, face à la colère et à la révolte de la population contre les injustices que nous subissons. Ça a été le cas avec le mouvement des Gilets jaunes, la mobilisation pour les retraites, mais aussi quand des jeunes refusent le couvre-feu ou les mesures liberticides. C’est la raison pour laquelle les classes dominantes et les dirigeants politiques à leur service envisagent de décupler le niveau de répression et de réduire drastiquement les libertés.

C’est un processus dangereux susceptible de mener à un autoritarisme extrême, au fascisme... Car en légitimant par sa politique le discours de l’extrême droite, le pouvoir renforce l’extrême droite, jusque dans ses franges les plus radicales et violentes, comme on peut le voir à Angers où les exactions de la bande de l’Alvarium défraient régulièrement la chronique.

Le soutien du pouvoir... et d’une certaine « gauche »

Participant à cette surenchère répressive, Darmanin, le ministre de l’Intérieur, est allé à la manifestation des policiers. Dans la foulée, le gouvernement a fait voter la suppression des « rappels à la loi » et étendu à 30 ans la période de sûreté pour les personnes condamnées à perpétuité pour un crime contre un policier ou un gendarme.

Une partie de la « gauche », Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, Olivier Faure, premier secrétaire du PS, ou Yannick Jadot d’EÉLV (mais pas EÉLV), se sont aussi rendus à cette manifestation... au côté du n°2 du RN Jordan Bardella. Tous se rangent donc en soutien aux forces de répression qui menacent les libertés démocratiques. Cette « gauche » a-t-elle oublié que la police et l’armée ne sont pas du côté des classes populaires, que les violences policières se multiplient, ou que l’absence de poursuites suite aux plaintes pour racisme ou violences faites aux femmes sont nombreuses ?

Organisons la riposte !

Pour notre part, nous pensons que la population organisée est mieux placée que la police pour s’occuper de nos vies. Résoudre les problèmes de trafics et des violences qui y sont liées passe d’abord par la dépénalisation des drogues. Il faut aussi répondre à la crise sociale en partageant le temps de travail et en donnant un emploi à toutes et tous, ce qui permettrait de vivre mieux.

Nous serons présents à Paris le samedi 5 juin pour manifester à l’issue du procès des assassins de Clément Méric, mort à 18 ans sous les coups de militants d’extrême droite.

Nous appelons à manifester partout le samedi 12 juin contre les idées d’extrême droite et les lois liberticides, à l’appel de dizaines de syndicats, associations, collectifs, médias et organisations politiques.

Le samedi 19 juin, au côté de la CGT TUI, nous serons dans la rue contre les licenciements et les suppressions de postes, contre la réforme de l’assurance chômage.

Enfin, nous appelons à construire la mobilisation contre le congrès du RN qui aura lieu les 3 et 4 juillet à Perpignan. L’extrême droite et ses idées nauséabondes, dont une partie sont reprises aujourd’hui par le pouvoir, ne doivent pas passer !

25 mai, par NPA 49