Contre la violence de l’épidémie capitaliste sur l’emploi, mobilisons-nous !

Partager

Les thématiques sécuritaires, qui dominent la séquence politique, sont au cœur de la campagne des régionales en vue de la présidentielle. La surenchère autoritaire, parfaitement orchestrée par Macron et son gouvernement, est abondamment relayée médiatiquement. Ce dévoiement des colères n’a d’autre but que de continuer de mener sans entraves une politique de destruction sociale afin d’imposer de nouvelles contre-réformes, alors que des dizaines de milliers de travailleurEs ont déjà sombré dans la précarité depuis le début de la pandémie.

Pas de confinement de l’offensive des patrons

Pas de trêve pour les capitalistes qui ont profité de la crise sanitaire pour mener une guerre de classe de haute intensité. Réorganisation de l’économie, de la production, licenciements en masse… La crise du Covid-19 a approfondi les inégalités... et a considérablement enrichi les patrons du CAC 40. Ce dernier a retrouvé son niveau de 2007, alors que l’épidémie des licenciements continue, elle, de faire des ravages. Du 1er mars 2020 au 21 mars 2021, 928 plans de licenciements cumulés ont été recensés, auxquels viennent s’ajouter d’autres milliers touchant les structures de moins de 10 salariéEs

C’est dans ce contexte dégradé et avec un cynisme qui n’a d’égal que la soif du profit que la réforme des retraites refait surface. Toujours dans l’esprit du « travailler plus pour gagner moins », elle prévoirait l’allongement du temps de cotisation et le recul de l’âge de départ de deux ans. Quand à l’odieuse réforme de l’assurance chômage dont la deuxième phase débute début juillet, elle devrait affecter les pensions d’environ 1,15 million de chômeurEs (selon l’Unedic).

C’est aux capitalistes de payer leur crise

Hollande et son ministre de l’époque Macron avaient déjà porté les aides de l’État aux entreprises à 150 milliards, alors qu’elles n’étaient « que » de 65 milliards avant la crise de 2008. Le « quoi qu’il en coûte » de Macron s’est traduit par des aides de 155 milliards d’euros sur la seule année 2020. Cette politique perpétue un système inégalitaire dans lequel les dominants utilisent tous les moyens pour renforcer leurs avantages. Les capitalistes doivent payer leur crise. Il est urgent de mettre un terme à la captation des fruits de notre travail, et de faire tourner l’économie pour notre propre compte.

Des mesures d’urgences pour protéger le monde du travail sont indispensables. Cela passe par l’interdiction des licenciements, l’embauche des précaires, la réduction massive du temps de travail et son partage entre touTEs sans perte de salaire, l’augmentation des salaires et des minima sociaux, ainsi que le recrutement massif dans les services publics.

Des batailles à préparer pour rompre avec ce système

Samedi dernier, des dizaines de milliers de personnes battaient le pavé à Paris et dans tout le pays pour dire non à l’extrême droite, à ses idées nauséabondes qui se répandent jusqu’au pouvoir, pour défendre les libertés. Les colères contre la violence sociale du patronat se déconfinent aussi, et des grèves pour l’emploi, les salaires, offrent de nouvelles perspectives.

Les salariés de la Fonderie de Bretagne à Caudan, qui se battent depuis plusieurs semaines pour le maintien de leur unité de production et contre 350 licenciements, montrent la voie. Samedi 19 juin à l’initiative des salariéEs du voyagiste TUI, nous serons à nouveau dans la rue pour l’interdiction des licenciements, contre les suppressions de postes et la réforme de l’assurance chômage, dans le cadre d’un appel à la convergence.

Ces résistances sont des points d’appui pour faire reculer la politique du patronat et du gouvernement. C’est maintenant que se prépare une rentrée sociale qui doit être à la hauteur des enjeux : reprendre nos affaires en mains et frapper toutes et tous ensemble sans attendre les échéances électorales, pour en finir avec la mainmise des capitalistes sur nos vies.

16 juin, par NPA 49