2022 contre Macron et tous les réactionnaires : anticapitalistes dans la rue et dans les urnes !

Partager

« Les semaines à venir seront difficiles »… Au moins on ne pourra pas dire que Macron, à l’occasion des traditionnels vœux présidentiels hier soir, ne nous aura pas prévenu. Il faut dire que le bilan de ce pouvoir, à l’opposé du traditionnel exercice d’autosatisfaction des vœux, n’est pas reluisant, en particulier dans sa lutte contre la pandémie du Covid-19 qui flambe de plus belle. « L’espoir est là », fait mine de croire Macron… au moment même où le taux de contamination explose ! Personne n’est dupe, d’autant que le gouvernement creuse le sillon de sa politique autoritaire en matière de santé : inutile, contre-productif et même dangereux.

Misant tout sur la nécessaire vaccination sans se donner les moyens de convaincre les réticent.e.s. Il n’a plus que les leçons de morale et surtout la contrainte, avec la mise en place ces prochaines semaines du passe vaccinal, unique moyen de continuer à avoir une vie sociale ordinaire. Nous voilà donc prévenu.e.s : « les devoirs passent devant les droits ». Logique implacable de toutes les politiques autoritaires...

Des moyens massifs pour dépister fréquemment, notamment dans les écoles et l’ensemble des services publics, avec la gratuité des masques et des tests ; une vaccination de masse, qui passe par la conviction et non la contrainte ; la levée des brevets, condition pour que cette vaccination soit effective sur l’ensemble de la planète afin d’éviter l‘émergence de nouveaux variants… De toutes ces mesures, nécessaires pour lutter contre le virus, on n’en entendra pas parler, une fois de plus.

Mais que l’on soit rassuré, avec leur « réforme de l’assurance-chômage » s’attaquant aux droits des chômeurs, leur « chèque énergie » éphémère, leurs mesures pour le « pouvoir d’achat » (inférieures à l’inflation !), leur « augmentation des salaires des fonctionnaires les plus modestes » (c’est-à-dire : la diminution pour le plus grand nombre par blocage décennal du point d’indice) ou « la rénovation thermique » (en paroles et souffrant moult “dérogations”)… Macron et ses ami.e.s n’ont pas renoncé à leur « ambition collective ». Certainement celle de donner toujours plus aux capitalistes, aux actionnaires des plus grandes entreprises, de continuer à vendre des armes aux pires dictatures, d’organiser la chasse aux migrant.e.s, de promouvoir le nucléaire, et cela « quoi qu’il en coûte »…

L’année qui s’ouvre est lourde de dangers, en particulier avec une extrême droite qui imprime sur la campagne présidentielle une empreinte dangereuse pour l’ensemble de la classe travailleuse, de notre camp social. Et Covid ou pas, l’offensive des capitalistes va inlassablement continuer.

Nos vœux, c’est donc en direction de toutes celles et ceux qui subissent ce système injuste et inégalitaire, le monde du travail, la jeunesse, que nous les formulons. Qu’ensemble, collectivement, nous relevions la tête pour prendre nos affaires en main, pour s’occuper de politique avant qu’elle ne s’occupe de nous, pour lutter afin de dégager Macron et tous ses prétendants - Pécresse, Le Pen et Zemmour en tête - et donner corps à une gauche anticapitaliste et écosocialiste pour révolutionner la société. C’est en particulier ce que nous voulons porter dans les urnes en avril avec la candidature de Philippe Poutou, ouvrier licencié, pour qui nos vies passeront toujours avant leurs profits.

En 2022, reprenons ce qu’ils nous ont volé !

Le samedi 1er janvier 2022

1er janvier, par NPA 49