Maine-et-Loire : Par milliers dans la rue contre Blanquer !

Partager

Ce sont entre 1500 et 2000 personnels de l’Éducation nationale qui ont défilé à Angers jeudi 13 décembre, à l’appel de tous les syndicats, et plusieurs centaines d’autres à Cholet, Saumur et Segré. Les enseignant.e.s et autres personnels de l’EN et dénoncé l’incompétence de leur ministre, J.-M. Blanquer, en matière de gestion de la crise sanitaire. Incompétence doublée de surcroît par un projet politique qui apparaît maintenant au plus grand nombre comme un projet de destruction du service public d’éducation. Avec un taux de grévistes record (75% dans le primaire, 60% dans le secondaire), c’est la première grande mobilisation de l’année.

La succession rapide depuis la rentrée des soi-disant “protocoles” anti-covid, tous plus inapplicables les uns que les autres, (appris par voie de presse par les personnels !) aura été la goutte d’eau faisant déborder le vase. Alors que le ministre semble davantage se prélasser sur les plateaux de radio ou télévision que travailler dans son bureau, qu’il organise, aux frais de l’Éducation nationale, une réunion politique (déguisée en “colloque”, mais sans aucune rigueur scientifique) sur le prétendu “wokisme” avec la fine fleur de l’extrême droite, il était difficile de ne pas constater que ce qui manque depuis maintenant deux ans dans les locaux des écoles, collèges et lycées (les aérateurs, les détecteurs de CO2, les masques FFP2, etc.) n’était toujours pas à l’ordre du jour et que les personnels n’étaient conçus que comme de simples exécutants. Une rare unanimité syndicale s’est constituée en un temps record à partir d’un appel du SNUIPP-FSU, intégrant même, au-delà des habituels CGT, FO, Solidaires, etc. les syndicats d’accompagnement comme la CFDT et l’UNSA (lire l’Appel unitaire national et l’appel unitaire départemental). En Maine-et-Loire, et évidemment ailleurs, la colère est grande et le mouvement ne doit pas s’arrêter là : Blanquer, dégage !

13 janvier, par NPA 49