Dégageons ce gouvernement au service du patriarcat et du capitalisme !

Partager

Sans surprise aucune, le remaniement ministériel n’infléchira pas la politique engagée lors du précédent quinquennat. La nomination d’un nouveau ministre, Damien Abad, faisant l’objet d’accusations de viol, constitue un symbole de cette continuité, pour un gouvernement qui affiche son mépris des exploité·e·s et des opprimé·e·s.

Un pouvoir toujours au service du patriarcat

Macron n’a pas fait de l’égalité hommes-femmes une priorité de son premier quinquennat. Macron avait nommé, à des ministères de choix, Dupont-Moretti réputé pour ses propos sexistes, et Gérald Darmanin alors frappé d’une plainte pour viol. Des ministres reconduits, un signe que l’impunité patriarcale continue.

Dans la suite « logique », Damien Abad est nommé ministre des Solidarités, en dépit d’un signalement adressé par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique pour des faits présumés de viols. Sans oublier l’investiture de Jérôme Peyrat aux législatives... alors qu’il a été condamné en 2020 pour des violences envers une ex-compagne. Si cette affaire n’avait pas été portée publiquement, il n’aurait sans doute pas été contraint de se retirer.

Derrière un féminisme de façade, le bilan du quinquennat en matière de lutte contre les inégalités est lamentable. On continue d’instrumentaliser les droits des femmes à des fins réactionnaires et islamophobes... D’un côté , une levée de bouclier contre le burkini, de l’autre Macron qui n’hésite pas à reprendre les arguments des anti-IVG, culpabilisant les femmes en qualifiant l’avortement de drame alors que celui-ci est avant tout un droit et souvent un soulagement. Le contrôle du corps des femmes a encore de beaux jours devant lui en macronie...

Encore plus d’attaques contre les travailleurs, les travailleuses et la planète

Macron avait également promis un tournant social et écologique pour ce nouveau quinquennat. La réforme des retraites et la réforme du RSA vont pourtant jeter dans la misère de plus en plus de travailleurs et travailleuses, alors que les conditions de vie sont déjà largement dégradées par la flambée des prix, la faiblesse des salaires et des pensions.

Dans un contexte économique marqué par une forte inflation et une faible croissance, les capitalistes vont faire porter la charge sur les classes populaires, s’attaquant à leur pouvoir d’achat, et faisant des économies sur les prestations sociales. En nommant des ministres ultra-libéraux proches de l’industrie fossile et défenseurs de l’agro-industrie, la « planification écologique » version Macron est une nouvelle imposture, alors que l’urgence climatique nécessite des mesures urgentes et radicales en matière de transition énergétique. Macron II, c’est la continuité — en pire — du saccage qui s’est amplifié ces cinq dernières années.

Voter, lutter, construire une riposte unitaire !

Pour faire reculer cette nouvelle offensive, nous avons besoin d’unir la classe travailleuse et ses organisations. La séquence des législatives est une première étape. C’est pourquoi, dans la grande majorité des circonscriptions, nous soutenons les candidatures de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) en rupture avec le social-libéralisme (c’est le cas en Maine-et-Loire pour les circonscriptions 1 à 6). Dans quelques autres circonscriptions, nous présentons ou soutenons des candidatures issues du NPA ou de cadres unitaires regroupant des militant·e·s anticapitalistes, du mouvement social, féministe, antiraciste, antifasciste.

Le succès de ces candidatures constituerait un point d’appui afin d’engager la reconstruction de cadres militants, dans les quartiers, sur les lieux de travail, d’étude et de vie, pour construire une riposte unitaire et massive dans la rue. C’est la condition indispensable pour mener jusqu’au bout des bagarres victorieuses contre les contre-réformes, avec comme objectif de dégager ce gouvernement et son monde !

24 mai, par NPA 49