Vœux 2023 : l’unité, oui, mais contre Macron !

Partager

Les années se suivent et malheureusement se ressemblent. Une fois de plus, les vœux d’Emmanuel Macron ont été l’occasion d’un grand numéro d’auto-satisfaction d’un président visiblement très fier de son bilan, et nous annonçant qu’il allait poursuivre sur le même cap. Une auto-satisfaction doublée d’un enfumage particulièrement grossier, à grands renforts de mots-valises répétés durant les pénibles 18 minutes de vœux : « confiance », « unité », « juste », « solidaire », « refonder ». Jusqu’au paroxysme avec cette formule aussi creuse que grandiloquente : « un ordre libre et juste qui permet au citoyen d’être heureux ».

Mais derrière cette autosatisfaction et cet enfumage, Macron a confirmé les menaces qui pèsent sur nos droits, à commencer par nos retraites. Répétant le mensonge selon lequel il faudrait « travailler davantage » pour « équilibrer notre système de retraites », il a confirmé son intention d’imposer un recul de l’âge de départ à la retraite, avec une réforme qui entrerait en application « à la fin de l’été 2023 ». Au nom, bien évidemment, d’un « modèle social juste et solide ».

Sur bien d’autres questions (écologie, services publics, immigration), Macron a affirmé vouloir poursuivre dans la voie qui a été la sienne jusqu’ici. Autant dire : les recettes néolibérales antisociales et écocides appliquées sans modération, doublées de politiques racistes et sécuritaires. Avec en plus, cerise sur le gâteau, Macron le prétendu “écolo” annonçant la construction de nouvelles centrales nucléaires ou osant interroger « qui aurait pu prédire (…) la crise climatique aux effets spectaculaires encore cet été dans notre pays ? » alors que les scientifiques tirent la sonnette d’alarme depuis des décennies !

Durant ses vœux, Macron n’a cessé de chanter le refrain de « l’unité ». Mais de quoi parle-t-il ? De l’unité entre, d’une part, les riches qui deviennent toujours plus riches grâce aux cadeaux du gouvernement et, d’autre part, les salarié·e·s, les classes populaires, pour qui les fins de mois commencent toujours plus tôt et à qui on demande de faire des « efforts » ? De l’unité entre, d’une part, ceux qui détruisent les services publics, entre autres l’hôpital et l’école, et s’en vantent comme Macron l’a fait ce soir, et celles et ceux qui souffrent de ces destructions et de ces politiques antisociales ?

Alors oui, il va falloir faire l’unité. Mais ce sera contre Macron, son gouvernement et ses politiques. Tels sont nos vœux pour 2023 : réussir à stopper Macron et les siens, à commencer par leur projet de contre-réforme des retraites, pour enfin mettre un coup d’arrêt au rouleau compresseur néolibéral-autoritaire. Pour ne pas perdre notre vie à la gagner, pour reprendre les richesses qu’ils nous ont volées, pour défendre et étendre les services publics, pour imposer une écologie radicale, pour construire les solidarités antiracistes et internationalistes, contre toutes les oppressions : 2023, année de mobilisations !

1er janvier, par NPA 49