Mobilisation générale pour le Nouveau Front populaire !

Partager

L’union de la gauche a produit une dynamique importante : des dizaines de milliers de personnes, des partis, syndicats ou associations, ont recommencé à se parler et à agir ensemble, dans les quartiers populaires, avec l’objectif de dégager Macron et sa politique, et de faire barrage à l’extrême droite. Ainsi en Anjou, ce sont des centaines de personnes qui participent à la campagne des candidat·e·s du Nouveau Front Populaire (NFP).

Un RN compatible avec la bourgeoisie

Le grand patronat et le Medef discutent programme avec le Rassemblement national : ils lui demandent de maintenir la réforme des retraites et la TVA sur les produits énergétiques et de ne pas remettre en place l’impôt sur la fortune, ce que l’extrême droite est prête à accepter. Ils cherchent aussi un compromis avec le RN sur le rapport à l’Union européenne. Les grands milieux d’affaires, le grand patronat, sont prêts à s’entendre avec Le Pen et Bardella.

En revanche, le président du Medef et le CAC40 ont peur du programme du Nouveau Front populaire (NFP) et des mesures sociales qu’il contient. Aussi les grands médias essaient de faire croire, au nom du “réalisme capitaliste”, que le programme du NFP ne serait pas réalisable.

Une campagne diffamatoire contre la gauche sur l’antisémitisme

La macronie et l’extrême droite veulent faire croire que la gauche est antisémite. La campagne immonde de la droite et de l’extrême droite construit un discours infamant, un véritable contre-récit qui cherche à discréditer LFI et le NPA-L’Anticapitaliste pour éclabousser le Nouveau Front populaire… et qui par contraste rend plus respectable l’extrême droite ! L’épisode de la vidéo de Béchu de dimanche en est une illustration parmi d’autres. En banalisant le RN, qualifié de parti “respectable”, et en diffamant publiquement la candidate écologiste de la 1e circonscription du Maine-et-Loire et son suppléant, Béchu ne se prépare-t-il pas à s’allier avec le RN ?

Des mesures d’urgence et de rupture

La gauche unie met en avant des mesures d’urgence : le blocage des prix des biens de première nécessité dans l’alimentation, l’énergie et le carburant, l’augmentation du SMIC à 1600 euros, l’abrogation de la réforme des retraites, aller vers une réduction du temps de travail à 32 heures, taxer les plus riches et les gros héritages, faciliter l’accès au visas pour les étranger·es et créer une agence de sauvetage en mer et sur terre pour les migrant·es, garantir la reprise du processus de décolonisation en Kanaky/Nouvelle Calédonie, sanctionner le gouvernement israélien…

Ces mesures sont une première étape, un point d’appui face au déluge d’attaques contre les classes populaires orchestrées par la macronie et annoncées par le RN.

Un énorme enjeu à obtenir une victoire du Nouveau Front populaire

Gagner nécessite l’action de tout·es celles et ceux qui sont attaché·es à la protection sociale, à la solidarité et à la démocratie. Notre meilleur outil est l’action collective. C’est pourquoi le NPA-L’Anticapitaliste invite toutes et tous à participer à la campagne et à construire les collectifs locaux du Nouveau Front populaire. Pour gagner et aussi pour rester mobilisé·e·s. Car, que l’on gagne l’élection ou pas, il faudra de toute façon construire un rapport de force, que ce soit contre le grand patronat, la droite ou l’extrême droite, pour imposer notre programme.

Face aux crises multiples que génère ce système, il est nécessaire de faire face au danger néofasciste, aux capitalistes et au personnel politique à leur service, pour construire une autre société, écosocialiste, débarrassée de l’exploitation et des oppressions. C’est cette perspective radicale et militante que nous entendons porter au sein du Nouveau Front populaire.

Le mardi 25 juin 2024

25 juin, par NPA 49